QCM –Environnement bancaire et monétaire

 

 

Q1 :l’affacturage est définit comme :

A-   L'affacturage (plus communément appelé factoring) est une technique par laquelle l'exportateur cède ses créances commerciales à un affactureur (appelé également factor) qui se charge d'en opérer le recouvrement et qui en garantit la bonne fin, même en cas de défaillance momentanée ou permanente du débiteur.

B-   est une opération qui consiste pour une banque à racheter à une entreprise les effets de commerce (billets à ordre et traites) dont elle est porteuse (bénéficiaire final) avant l'échéance, et ce moyennant le paiement d'agios. Le cédant (le bénéficiaire du crédit) reste garant du paiement.

C-   Est l’équivalent de la facilité de caisse

D-    Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

Q2 :Sont considérés comme établissements de crédit les personnes morales qui exercent leur activité au Maroc, quels que soient le lieu de leur siège social, la nationalité des apporteurs de leur capital social ou de leur dotation ou celle de leurs dirigeants et qui effectuent, à titre de profession habituelle, une ou plusieurs des activités suivantes :

A-    - la réception de fonds du public ;
- les opérations de crédit ;
- la mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement ou leur gestion

B-    - la réception de fonds du public ;
- la création de la monnaie fiduciaire

C-    L’octroi des crédits

D-    Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

Q3 : la masse monétaire est définie comme :

A-     c’est l’ensemble des moyens de paiement en circulation à un moment donné dans une économie détenue par des agents non financiers (ménages, reste du monde, État, entreprises.)

B-      c’est la monnaie fiduciaire en circulation dans une économie

C-      c’est la monnaie divisionnaire  

D-     aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

 

Q4 : un agrégat monétaire est définit comme :

A-     M1+M2+M3

B-      M3-M2-M1

C-      PL1+PL2

D-     PL3+M3

E-      Aucune bonne  réponse

La bonne réponse :E

Q5 : les agrégats de placements sont composés de  :

A-     PL1+M2+M1

B-      PL1+PL2+PL3

C-      PL3-PL1-PL2

D-     M1+M2+M3

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse : B

Q6 : Ne sont pas soumis aux dispositions de la nouvelle loi bancaire 2006 :

A :
1) Bank Al-Maghrib ;

2) la Trésorerie générale ;

3) les entreprises d'assurances et de réassurance régies par la loi n° 17-99 portant code des assurances et les organismes de prévoyance et de retraite ;

4) les organismes à but non lucratif qui, dans le cadre de leur mission et pour des raisons d'ordre social, accordent sur leurs ressources propres des prêts à des conditions préférentielles aux personnes qui peuvent en bénéficier en vertu des statuts de ces organismes ;

5) le Fonds Hassan II pour le développement économique et social régi par la loi n° 36-01 ;

6) les institutions financières internationales et les organismes publics de coopération étrangers autorisés par une convention conclue avec le gouvernement du Royaume du Maroc à exercer une ou plusieurs opérations visées à l'article premier ci-dessus.

B-

1) la caisse nationale de crédit agricole

2) la Trésorerie générale ;

3) les entreprises d'assurances et de réassurance régies par la loi n° 17-99 portant code des assurances et les organismes de prévoyance et de retraite ;
4) les organismes à but non lucratif qui, dans le cadre de leur mission et pour des raisons d'ordre social, accordent sur leurs ressources propres des prêts à des conditions préférentielles aux personnes qui peuvent en bénéficier en vertu des statuts de ces organismes ;
5) le Fonds Hassan II pour le développement économique et social régi par la loi n° 36-01

C- le trésor public et la CCG

D- aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

Q7 : Les autorités de tutelle comprennent :

A-    

    - Ministère des Finances.

                   -  Bank Al Maghreb

                  

             B-        

- Les banques commerciales

              C-    

-       BANK AL MAGHREB

-       MINISTRE DE FINANCES

D- aucune bonne réponse

La bonne réponse : C

 

Q8 : Le champ de la concertation a institué trois organes :

A-

-Le Conseil National de la Monnaie et de l’Épargne : consulté sur les orientations de la politique monétaire.

-Le Comité des établissements de crédit : donne son avis sur l’ensemble des établissements.

-La Commission de discipline des établissements de crédit : est chargée d'instruire les dossiers disciplinaires.

B-

                - le  Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM),

                  -  l'Association Professionnelle des Sociétés de financement(APSF)

                  - La Commission de discipline des établissements de crédit : est chargée d'instruire les dossiers disciplinaires.

C-

-       BANK AL MAGREB

-       MINISTERE DE FINANCES

D- aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

 



Q9 : le ratio de solvabilité McDounough est définit comme suit :

A-     Fond propres de la banque > 8% des risques de crédits

B-       Fond propres de la banque > 8% des (risques de crédits + de marché + opérationnels)

C-      Fond propres de la banque < 12% des (risques de crédits + de marché + opérationnels)

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : B

 

Q10 : les ex- organismes financiers spécialisés (OFS) étaient les suivants :

A-     BNDE, CIH et CNCA

B-      BNDE, CIH, BMAO

C-      CPM, CIH, CNCA

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

 

 

 

 

 

 

Q11- Les recommandations de Bâle II s'appuient sur trois piliers (terme employé explicitement dans le texte des accords) :

A-

-l'exigence de fonds propres (ratio de solvabilité Mc Donough),

-la procédure de surveillance de la gestion des fonds propres,

                            -la discipline du marché (transparence dans la communication des établissements

 B-

-l'exigence de fonds propres (ratio de solvabilité Mc Donough),

-la procédure de surveillance de la gestion des fonds propres,

- la division des risques clients

C-

-       Le contrôle interne

-       Le contrôle externe

-       La surveillance de la gestion des fonds propres

C- aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

Q12 : la monnaie fiduciaire est composée de :

A-     Billets de banques + la monnaie divisionnaire

B-      Billets de banque

C-      la monnaie scripturale

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

 

Q13 : il y a La destruction de monnaie :

A-      lorsque l’argent détenu par un agent non financier devient la propriété de la banque et donc d’un agent financier, cela au cours du remboursement d'une dette.

B-      Lorsque les banques distribuent des crédits à des agents économiques

C-      La destruction de la masse monétaire

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

Q14 : le TEG signifie :

A-     Taux effectif globale

B-       Taux effectif généralisé

C-      Taux exceptionnel de gestion

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

Q15 : les fonctions principales de la monnaie sont :

A-

  • la fonction d'intermédiaire dans les échanges,
  • la fonction d'expression des valeurs et d'unité pour le calcul économique et la comptabilité,
  • la fonction de réserve de valeur,
  • la capacité juridique d’éteindre des dettes et des obligations, notamment fiscales. On parle de « pouvoir libératoire ».

B-

·         la fonction de réserve de valeur

·         la fonction de la comptabilisation des dettes bancaires

·         la fonction d’unité de compte

·         la fonction de mesure du pouvoir d’achat des agents économiques

C-

·         la fonction de mesure du pouvoir d’achat

·         la fonction de la comptabilisation des dettes bancaires

·         la fonction d’unité de compte

·         la fonction de mesure du pouvoir d’achat des agents économiques

D-aucune bonne réponse

La bonne réponse : A



 

 

 

 

 

 

Q 16 : Les contreparties de la masse monétaire sont constituées des :

A-

·         Crédits accordés aux résidents (entreprises, ménages) par les organismes financiers

·         Créances détenues par la Banque centrale  sur l'Etat

·         Créances détenues par les banques, les entreprises et les ménages sur l'Etat

·         Créances sur l'extérieur : ensemble des crédits accordés à l'extérieur du pays

B-

·         Stocks d'or détenus par les particuliers

·         Crédits accordés aux seules entreprises

·         Créances détenues par la Banque centrale sur les banques commerciales

·         Créances détenues par les banques, les entreprises et les ménages sur l'Etat

·         Créances sur l'extérieur : ensemble des crédits accordés à l'extérieur du pays

C-

-       Les crédits à l’économie

-       Les crédits sur l’extérieur 

 

D – aucune bonne réponse                    

La bonne réponse : A

 

Q17 : A quoi correspond l'agrégat de placement  P3 ?

     A- aux actions détenues par les agents non financiers

     B- aux obligations détenues par les agents non financiers

     C- aux OPCVM  

   C – aucune bonne réponse                        

La bonne réponse : A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Q18 : Ce sont des indicateurs représentatifs des placements financiers détenus par les agents économiques non financiers (entreprises, ménages, administrations). De quoi s'agit-il ?

A-  des agrégats monétaires

B-des agrégats de placement

C- des agrégats économiques

C-aucune bonne réponse                

La bonne réponse : B

Q19 : Le champ de la concertation dans la loi bancaire 2006 a institué trois organes :

            A-

n  Conseil National de la Monnaie et de l’Épargne

n  Le Comité des établissements de crédit

n  La Commission de discipline des établissements de crédit

        B-

n  Conseil National du crédit  et de l’Épargne

n  Le Comité financier des banques commerciales

n  La Commission de discipline des établissements de crédit

          C-

n  Conseil National  de la monnaie  et de l’Épargne

n  Le Comité financier des banques commerciales

n  La Commission de discipline des établissements de crédit

        D -  aucune bonne réponse             

La bonne réponse : A

     

Q20 : Coefficient maximum de division des risques :

A-     50%

B-      30%

C-      15%

D-     Aucune bonne réponse 

La bonne réponse :D

 

Q21 : Classification et provisionnement des créances en souffrance :

A-     Les banques doivent classer les créances en souffrance en créances pré douteuses, douteuses et compromises.

B-      Les banques  doivent classer les créances en souffrance en créances douteuses, compromises et contentieuses

C-      Les banques doivent comptabiliser les créances en contentieux 

D-     Aucune bonne réponse 

                 La bonne réponse : A

Q22 : les objectifs de la politique monétaire sont :

A-

1.       la croissance économique

2.       le plein emploi

3.       la stabilité des prix

4.       l’équilibre de la balance de paiement

              B-

La politique monétaire poursuit 4 objectifs:

1.       la croissance monétaire

2.       le plein emploi

3.       l’équilibre de la balance commerciale

4.       l’équilibre de la balance de paiement

               C-

1.       la croissance monétaire

2.       le plein emploi

 

                   D-aucune bonne réponse   

                                   La bonne réponse : A

 

 

 

Q23 - Les instruments de la politique monétaire sont :

                A-

1. Le contrôle indirect: le désencadrement  du crédit

2. Le contrôle indirect: réserves monétaires, taux d’intérêt

           B-

1. Le contrôle indirect: l’encadrement du crédit

2. Le contrôle indirect: réserves monétaires, taux d’intérêt, opération d’open market

          C-

1.       la maitrise du taux d’intérêts

2.       la réduction des réserves monétaires

                            D- aucune bonne réponse           

             La bonne réponse : B

Q24-  ont été introduits, dans le cadre de la loi bancaire de 1993 :

                       A-

n  l’encadrement du crédit,

n  la suppression progressive des emplois obligatoires,

 

                       B-

n  le désencadrement du crédit,

n  la suppression progressive des emplois obligatoires,

n  la libéralisation des taux d’intérêts débiteurs,

n  le lancement d’un marché des changes interbancaire

C- la suppression  des OFS

         D-aucune bonne réponse      

                           La bonne réponse : B

 

 

Q25 –le  ratio de solvabilité bancaire instauré par Bâle II est appelé :

A-     le ratio Cooke

B-      le ratio MCdonough     

C-      le ratio de  division de risque     

D-     Le ratio de la rentabilité bancaire

La bonne réponse : A

 

                 Q26 – le risque systémique est définit comme :

A-     le risque opérationnel

B-      le risque  de contrepartie

C-      le risque du marché

D-     aucune bonne réponse

La bonne réponse : D

Q27 - Règles prudentielles instaurées par le comité de BâleI sont :

A :                                                     

 

®  Coefficient maximum de division des risques.

®  Classification et provisionnement des                créances en souffrance.

B-

®  Capital minimum et fonds propres nets.

®  Coefficient de liquidité.

®  Coefficient de solvabilité (Ratio Cooke).

®  Coefficient maximum de division des risques.

®  Classification et provisionnement des                créances en souffrance.

 

C-

-       Le ratio de solvabilité MCDOUNOUGH

D – aucune bonne réponse        

La bonne réponse : B

 

 

Q -28 : la 1ere loi bancaire au Maroc date de :

A- 1934

B- 1967

C- 1993

C-aucune bonne réponse   

La bonne réponse : B

Q29 : la réserve monétaire est définie comme :

A-     Est l’ensemble des  fonds que les banques sont tenues de garder sous forme de comptes gelés auprès de Bank Al Maghrib, à hauteur de6% de leurs dépôts à vue

B-      Est l’ensemble des fonds que les banques sont tenues de garder sous forme de comptes gelés auprès de BARID Al Maghrib

C-      Les dépôts des clients auprès des  banques commerciales

D-     Aucune bonne réponse  

 

La bonne réponse : A

Q30 : la politique monétaire est une composante de

A-     La politique budgétaire

B-      La politique économique

C-      La politique de changes

D-      Aucune bonne réponse    

               La bonne réponse : B

  

Q31 : la balance de paiement est définie comme étant :

A-     La PNB d’un pays

B-      Le PIB d’un pays

C-      Le PIB +PNB d’un pays

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : D

Q32 : les secteurs économiques sont représentés par :   

A-     Le secteur tertiaire, le secteur secondaire et le secteur primaire

B-      Le secteur industriel, le secteur commercial, et le secteur tertiaire

C-      Le secteur agricole, le secteur commercial

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : A

 

 

Q33 : les établissements de crédits sont constitués des :

A-     Des banques  commerciales et du Trésor public

B-      Des banques commerciales et de Barid Al Maghreb

C-      Des banques commerciales

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : D

Q34 : Bank Al Maghreb a été constitué en date :

A-     En 1967

B-      En 1993

C-      En 1945

D-     Aucune bonne réponse

La bonne réponse : D

Q35- l’inflation est définie comme :

A-     Déséquilibre économique se traduisant par one hausse continue du niveau général des prix

B-      Evolution des prix des matières de 1ere nécessité

C-      Evolution des prix des produits de base dans one économie pendant une année

D-     Augmentation de la production dans un pays

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A

Q36- la productivité est définie comme :

A-     Le rapport entre la production et la valeur ajoutée dans une entreprise

B-      Le rapport entre l’effectif et la quantité produite

C-      Le rapport entre la quantité produite d’un bien ou d’un service et le nombre d’unité d’un facteur de production utilisée

D-     Aucune bonne réponse

E-      La bonne réponse est : C

Q37 : le taux de croissance dans un pays est :

A-     Le taux d’évolutions des investissements dans un pays

B-      Le taux d’évolution des résultats des entreprises

C-      Un indicateur qui mesure l’évolution des PBN bancaire

D-     Un indicateur économique utilisé pour mesurer la croissance de l’économie d’un pays d’une année sur  l’autre en faisant référence à l’évolution de son produit intérieur brut

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : D

 

 

 

Q38 : la consommation finale est définie comme :

A-     La somme des valeurs ajoutées d’une entreprise

B-      Les recettes – les dépenses d’une entreprise

C-       Le résultat net +les amortissements

D-     La somme des charges d’une entreprise

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : E

Q39 : l’épargne est définie comme

A-     La part non consommée du revenu d’un agent économique

B-      Le revenu annexe d’un individu

C-      La solde du compte d’épargne d’un agent économique

D-     Le mouvement annuel du compte bancaire d’un agent économique

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A

Q40 : le chômage est définit comme :

A-     La situation d’une personne ne veut pas travailler

B-      L’inactivité d’une personne souhaitant travailler

C-      La situation d’un élève qui n’a pas terminé ses études

D-     La situation des personnes handicapées qui n’ont de salaire fixe

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A

Q41 : la politique de relance vise :

A-     A réduire les importations et à augmenter les exportations

B-      A réduire la valeur de la monnaie nationale

C-      A procéder à l’encadrement des crédits

D-     A augmenter le taux d’intérêt bancaire

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : E

 

 

Q41 : le taux de couverture des importations par les exportations est égal :

A-     Les importations/ les exportations *100

B-      Les exportations /les importations *100

C-      Les exportations –les importations

D-     Les importations – les exportations

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : B

 Q42 : la facilités de dépôts à 24 heures consiste à ce que :

A-     Les banques donnent des crédits à 24 heures

B-      Les banques empruntent auprès des banques centrales étrangères à 24 heures

C-       Les banques accordent une facilité de caisse à 24 heurs à des entreprises

D-     Les banques traitent des dossiers de crédits d’investissement dans 24 heures

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : E

Q43 : la Caisse Centrale de Garantie :

 

A-      garantit les crédits octroyés aux projets estimés d’intérêt national par le gouvernement marocain.

B-      Garantit les refinancements des banques auprès de la banque centrale

C-      Garantit les crédits accordés à des investisseurs étrangers

D-     Garantit  les prêts étudiants octroyés par les banques 

E-      Aucune bonne réponse

          La bonne réponse est : A

Q44 : l’offshoring signifie :

A-     La redélocalisation économique

B-      La sous-traitance 

C-      La décentralisation

D-     La délocalisation des activités de service de certaines entreprises vers des pays à bas salaire

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : D

Q45: les normes IFRS correspondent :

A-     au PCEC (plan comptables des établissements de crédits)

B-      au PCI (plan comptable interne)

C-      au plan comptable général

D-     au nouveau plan comptable marocain

E-      aucune bonne réponse

La bonne réponse est : E

 

 

Q46 : le PNB est définie comme :

A-     PIB + revenus du travail, de l’entreprise et de la propriété reçus du reste du monde –revenus du travail, de l’entreprise et de la propriété versés au reste du monde

B-      PIB – les impôts et taxes

C-      Les exportations – les importations

D-     Les exportations –les importations –les subventions de l’Etas aux entreprises

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A

Q47 : le taux d’investissement est égal à :

A-     FBCF-PIB

B-      FBCF+PIB

C-      FBCF/PIB

D-     PIB/FBCF

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : C

Q48 : épargne nationale est égale :

A-     Revenu national- consommation finale nationale

B-      Revenu national +consommation nationale

C-      Revenu national +les comptes à termes

D-     Revenu national+les comptes à termes +les comptes sur carnet

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A

Q49 : la politique de stabilité vise à :

A-     Freiner la croissance des importations

B-      Limiter l’importation des produits chers

C-      Freiner la croissance monétaire en rendant l’argent plus rare (par l’augmentation des taux d’intérêts)

D-     Augmenter les recettes 

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : C

Q50 : la balance de paiement d’un pays est :

A-     Toujours équilibrée

B-      Parfois déficitaire, parfois excédentaire

C-      Souvent déficitaire lorsque les importations  dépassent les exportations

D-     Souvent excédentaire lorsque les exportations dépassent les importations

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est :A

 

 

 

 

 

 

 

Q51- Produire consiste :

A-     à créer des biens économiques marchands ou non marchands

B-     à créer des services

C-     à créer des produits de 1ere nécessité

D-     à fabriquer des produits non marchands

E-      aucune bonne réponse

 La bonne réponse est : A

Q52 : Valeur ajoutée est égale :

A-      valeur de la production – valeur des consommations intermédiaires-charges fixes

B-     Valeur de la production –valeur des consommations intermédiaires

C-     Valeur de la production marchande-les charges fixes –les charges variables

D-     Valeur de la production –le total des charges directes

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : B

Q53 : la Somme des valeurs ajoutée dans une économie est égale :

A-      produit intérieur but (PIB) +les valeurs ajoutées des entreprise publiques

B-      produit national but (PNB).

C-     produit intérieur but (PIB).

D-     valeurs ajoutées des entreprises publiques –les valeurs ajoutées des entreprises privées

E-      aucune bonne réponse

 

 La bonne réponse est : C

 

 

 

 

Q54 : Investissement brut est définie comme :

A-     investissement net - amortissement

B-     investissement net + amortissement-les provisions

C-     investissement net – amortissement-les provisions

D-     investissement net + amortissements

E-      aucune bonne réponse

      La bonne réponse est : D

Q55 : le marché est défini comme :

A-     est un lieu de rencontre entre offreurs et demandeurs qui s’ajustent à un prix (produits, services, capitaux,  facteurs de production...)

B-     est un lieu de rencontre entre offreurs et demandeurs des services

C-      est un lieu de rencontre entre offreurs et demandeurs des biens

D-      est un lieu de rencontre entre offreurs et demandeurs des capitaux, et des  facteurs de production

E-      Aucune bonne réponse

                        La bonne réponse est : A

Q56 : le prix est défini comme :

A-     Est le nombre de marchandises  nécessaires pour obtenir une marchandise ou un service à un moment donné, dans un lieu donné et pour une quantité spécifique précise.

B-     Est le nombre d’unités monétaires nécessaires pour obtenir une marchandise

C-     Est le nombre d’unités monétaires nécessaires pour obtenir un service à un moment donné, dans un lieu donné et pour une quantité spécifique précise.

D-     Est le nombre d’unités monétaires nécessaires pour obtenir une marchandise ou un service à un moment donné, dans un lieu donné et pour une quantité spécifique précise.

E-      Aucune bonne réponse

         La bonne réponse est : D

Q57 : l’Offre est définie comme :

A-     la quantité de biens et services mise à la disposition des consommateurs par les entreprises.

B-     la quantité de biens mise à la disposition des consommateurs par les entreprises.

C-     la quantité de services mise à la disposition des consommateurs par les entreprises.

D-     la quantité de biens de consommations mise à la disposition des consommateurs par les entreprises.

E-      Aucune bonne réponse

     La bonne réponse est : A

 

 

 

 

 

 

Q58 : La compétitivité  d’un pays est définie comme :

A-      sa capacité à vendre ses produits dans les marchés étrangers

B-      sa capacité à affronter des situations de concurrence (produire, investir)

C-      sa capacité à affronter les grandes entreprises des autres pays

D-      sa capacité à produire des biens de consommation avec des coûts faibles

E-      aucune bonne réponse

La bonne réponse est : B

Q59 : Le budget de l’Etat est défini comme :

A-     l’ensemble des recettes et dépenses annuelles de l’Etat permettant le fonctionnement d’un pays et une meilleure redistribution des revenus. C’est un instrument de régulation de l’activité économique.

B-     Les dépenses de fonctionnement d’un Etat

C-     Les recettes fiscales d’un Etat

D-     Les recettes – les dépenses d’un Etat

E-      Aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A

Q60 : L’inflation :

A-     nuit à la compétitivité, handicape la croissance 

B-     favorise la compétitivité et assure une bonne croissance économique

C-     est favorable pour le développement économique

D-     ne constitue pas un danger pour une économie 

E-      aucune bonne réponse

La bonne réponse est : A